Cosmologie quantique Quelques rêveries mathématiques entre deux infinis

Savoir être succinct et humble

Le 17/12/2022

Dans Actualités

 Comme de nombreux amateurs des sciences, je me suis penché sur l’œuvre d’A. Einstein ; en 1974-1975 pour la première fois.

La présentation qu’en faisaient les médias au milieu des années soixante-dix exerçaient une fascination incroyable sur mon imagination.

Le parcours de vie d’Einstein, en particulier les idées philosophiques accompagnant la notion de relativité (restreinte) qu’il avait introduit en physique exactement à l’époque (la fin du dix-neuvième siècle) où tous les pouvoirs impériaux se crispaient sur des principes indiscutables qui les mèneraient quelques années plus tard à la première guerre et à leur disparition vers le milieu du vingtième siècle (décolonisation) révélaient un personnage à la fois intelligent et un tantinet espiègle qui me plaisait beaucoup.

Bien que gigantesques, les travaux d'Einstein sur la gravitation se laissent résumer.

Quant à sa théorie de la gravitation, parue en pleine première guerre mondiale et prédisant ondes gravitationnelles, déformations de la géométrie, effets d’entrainement de la métrique par rotation des sources (précession de Thomas et effet Thirring-Lense) et diverses cosmologies…, elle avait le charme des films de science-fiction que les télévisions et les écrans de cinéma commençaient à nous proposer !

Retour sur Terre.

Mais une fois l’opération de séduction réussie, il a fallu ouvrir les livres de physique mathématique pour commencer à déchiffrer la démarche à un niveau dépassant celui de la beauté des conséquences.

Un long et parfois pénible apprentissage a commencé, souvent entrecoupé d’intermèdes destinés à faire face à l’urgence du quotidien[1].

Bref, une bonne quarantaine d’années plus tard, j’ai fini me faire une idée plus précise du travail gigantesque d’Einstein.

Je crois avoir enfin commencé à pouvoir en comprendre et manipulé un peu mieux les outils essentiels[2].

Il m'a été possible de grosso modo reconstituer le parcours de la pensée d’Einstein et de ceux qui l’avaient aidé à les formaliser.

De nombreuses lectures ont largement contribué à lui donner un visage compréhensible.

Je profite de l’occasion pour remercier tous les auteurs ayant mis leurs cours et articles à disposition.

Savoir être succinct … et humble !

Pour autant, une d’entre elles a eu un effet totalement inattendu, surprenant et désarçonnant ; l’ouvrage résumait la théorie de la gravitation en deux pages[3] !

Après avoir passé des semaines à parcourir le Misner, Thorne et Wheeler[4], j’en suis resté bouche-bée.

Mais l’onde de choc mentale engendrée par cette découverte livresque a servi de leçon d’humilité.

Elle m’a également fait comprendre la nécessité de savoir résumer clairement mes idées si je voulais avoir une toute petite chance de les partager.

C’est ce qu’entreprend la page « La théorie en une page ».

© Thierry PERIAT, 17 décembre 2022.

 

[1] Voir la page : « Qui suis-je ? », si mon parcours vous intéresse.

[2] Voir aussi par exemple le travail « E.B. Christoffel revisité ».

[3] Advanced general relativity; Cambridge monographs.

[4] Un ouvrage dépassant les mille pages.

  • 1 vote. Moyenne 1 sur 5.