Quelques rêveries cosmiques cosmoquant-fr

De la diffusion du savoir sur Internet

Le 06/12/2022

Dans Archives philosophiques

Faut-il attendre une quelconque reconnaissance du fait de diffuser un peu de savoir ?

Nous avons tous besoin de reconnaissance. Cette vérité universelle concerne aussi les éditeurs de contenus sur les sites informatiques.

Mais ont-ils une réelle chance de l’obtenir un jour ? Comment peuvent-ils l’obtenir ?

Quand existons-nous ?

Lorsqu’à la tombée d’une belle nuit d’été je discutais autrefois avec mon père des réalités scientifiques auxquelles il essayait de m’initier -j’avais une petite dizaine d’années et le cerveau encore embrumé par des considérations tangentant plus souvent la mystique ou la métaphysique que la physique- je lui soutenais mordicus qu’il n’était pas nécessaire de voir une étoile pour penser qu’elle existe.

Pensant surement qu’un geste pouvait faire office de démonstration, j’allais même jusqu’à pointer mon bras dans une direction du ciel choisie de telle sorte que, visiblement, aucune étoile ne finissait la droite virtuellement dessinée par celui-ci.

Il était loin d’être convaincu par la véhémence de mon propos et il me rétorquait sans cesse que mon étoile n’existait pas ; et ce, aussi longtemps que je ne pourrai pas en apporter la preuve.

Toute chose étant égale par ailleurs, cette anecdote s’applique à bien des situations de la vie moderne. Elle porte un message allant bien au-delà des raisonnements scientifiques. Une particule physique existe peut-être bien pour elle-même mais nous acquérons la conscience et la certitude de sa réalité au travers des interactions qu’elle entretient avec d’autres particules ou avec les champs environnants.

 Il en est de même des humains entre eux ; et des éditeurs de site en particulier. Pour exister, il faut exister aux yeux des autres. C’est une des raisons pour lesquelles les isolements sanitaires recommandés par la pandémie ont été si difficiles à supporter.

Ce contexte, plus que jamais, a justifié l’usage intensif des moyens modernes de télécommunication, en particulier ceux rendus possibles par le développement de l’informatique et dont les réseaux sociaux sont l’illustration générique.

La visibilité sur Internet.

Mais quel est donc l’argument justifiant la croyance selon laquelle une présence Internet donnerait systématiquement la certitude d’être vu [01] ? Le fait de posséder un outil de communication ne semble pas augmenter l'efficience de cet outil.

Quelle chance avons-nous d’être réellement vu ? Quelle chance avons-nous d'être effectivement lu, même sur les forums ? Admettons qu’une moitié de la population terrestre possède un ordinateur (presque quatre milliards de machines) et consulte Internet une fois par jour. Admettons qu’il n’y ait que quarante millions de sites en ligne à visiter. Si les publics se répartissent équitablement sur ces sites, chacun d’eux peut espérer recevoir la visite de cent internautes par jour ! C’est très peu.

En réalité cette estimation ne correspond pas du tout à la réalité… qui est bien pire ! Il y avait 1,78 milliards de sites web en 2020 [02], environ un milliard d’ordinateurs Windows [03] et 4,5 milliards d’internautes [04] dans le monde. Je vous laisse faire le calcul du nombre moyen d’internaute par site et par jour.

Sachant que le public préfère certains sujets (sports, automobiles, modes, bricolages, érotisme …) et certaines activités (achats, écoute de musiques, …) à d’autres, alors il est logique de s’attendre à ce que certaines thématiques -beaucoup plus pointues (les sciences pour ne prendre qu’un seul exemple, …) - n’attirent pratiquement pas les visiteurs.

C’est évidemment le cas de cosmoquant.fr ; pour autant, je m’estime heureux et je vous dis tout de même un grand …

Merci, quand même.

… pour l’intérêt que vous portez à ce site … même si j’attends encore, probablement en vain, vos retours et vos commentaires.

A ma façon, je tente d’accompagner l’époque que nous traversons ; pas par la parole car les médias traditionnels s’en chargent.

Mais par l’écrit, en parcourant quelques thèmes scientifiques, en réfléchissant sur les liens qu’entretiennent les sociétés et les sciences et en poursuivant l’exposé de ma propre théorie ; bref en partageant un peu de savoir, de réflexion et de passion.

Malgré toutes les difficultés sanitaires, professionnelles, financières et psychologiques, je vous souhaite une santé et un moral de fer.

Internet.

Je pense que nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements du « comment devons-nous nous servir d’Internet et de l’intelligence artificielle ? » L’outil informatique est apparu récemment dans l’histoire humaine. Les chercheurs le perfectionnent sans cesse. Les questions éthiques accompagnent cette progression et un bon nombre d’entre elles attendent encore de recevoir des réponses satisfaisantes.

Dans ce domaine aussi, l’humain manipule la matière - en l’occurrence au niveau des électrons, des photons et de l’atome- pour créer de drôles d’outils dont il découvre au fur et à mesure les étranges propriétés et les incroyables capacités. Sa créature l’émerveille et l’effraye tout à la fois.

Tant bien que mal, il tente de l’orienter vers des fonctions bien précises qu’il espère être au service de ses commerces ou utiles au bon fonctionnement des sociétés humaines.

Les rédacteurs.

Les écrivains du présent, auxquels appartiennent clairement les rédacteurs des textes paraissant sur la toile, transmettent des savoirs et commentent les évolutions du support médiatique portant leurs écritures.

Ils sont des Saint-Exupéry [05] modernes et totalement surréalistes volant sur des avions en construction mais ne désespérant pas pour autant de transporter toute sorte de courriers plus ou moins instructifs en divers points de la planète.

Certains d’entre eux auront-ils un jour la renommée de l’auteur du « petit prince » ? Ce n’est pas du tout certain ! 

Bien que nous ayons tous besoin de l’image que renvoient les autres pour exister socialement (ils sont notre miroir), du message ou du messager, de l’amélioration de la situation collective ou de l’augmentation du bien-être individuel, que doit-il rester à la postérité ?

Tel un Boltzmann [06], un Turing [07] ou tant d’autres, nombreux sont les chercheurs dont le nom est oublié mais dont l’œuvre marque encore notre présent.

Peu importe la renommée, car … « le temps ne compte pas, seule la vie compte » [08] ! 

© Thierry PERIAT, article initialement paru le 14 décembre 2020 et remodelé le 10 mai 2022.

Bibliographie indicative :

[01] La question justifie d’ailleurs l’existence des SEO, ces organisations distillant conseils et recommandations pour améliorer la visibilité de nos sites ... mais ne rêvons pas : tout en la contrôlant !

[02] emarketerz.fr ; article en ligne du 16 juin 2020.

[03] 01net.com ; article du 14 janvier 2020, estimation 2015.

[04] alioze.com ; chiffres au 1 janvier 2020.

[05] Article Wikipédia.

[06] Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Ludwig Boltzmann de Wikipédia en français (auteurs)

[07] Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Alan Turing de Wikipédia en français (auteurs)

[08] Citation tirée du film « Le cinquième élément » de Luc Besson.