Quelques rêveries cosmiques cosmoquant-fr

Métaphysique

Le 06/12/2022

Dans Archives philosophiques

Les complicités improbables

Comment l’humain fonctionne-t-il ? Peut-il réellement apprendre quelque chose de l’histoire de son espèce?

Alors que je découvrais lentement le monde au cours de mes studieuses années adolescentes, l’Italie était secouée par les agissements répréhensibles de sociétés mafieuses et par ceux des fractions de l’armée rouge. L’opinion française en particulier, peut-être parce qu’elle était à cette époque plus sensible que d’autres à la thématique des droits de l’homme, s’émouvait de ces crimes moyenâgeux perpétrés après la seconde guerre mondiale.

L’ORTF diffusait une série dans laquelle un commissaire plein de raison et d’humanité tentait de comprendre l’origine historique, politique et sociologique de ces groupements et de leurs actions. Ce commissaire, remontant les pistes patiemment finissait par comprendre les liens qui unissaient des gens que le bon sens de l’époque et ma nativité adolescente ne permettaient pas d’imaginer. Il découvrait peu à peu que ce que la morale habituelle condamnait trouvait bien souvent ses origines dans un ensemble d’inégalités et d’injustices sociales que des robins des bois modernes organisées en sociétés discrètes ou secrètes tentaient de venger ou corriger avec des moyens discutables.

S’apercevant de l’existence de complicités entre les couches sociales sensées s’ignorer ou se combattre mais partageant des idéaux communs, il comprenait enfin, avec quelques siècles de retard, les mots attribués à Leibnitz [01] selon lesquels "ce qui est en bas est ce qui est en haut".

L’irrationalité humaine

La jeune pousse encore immature et vierge découvre un monde que des millions d’autres ont déjà vu et souffert avant lui. Mais elle ne le sait malheureusement pas. Cette ignorance la sauve momentanément parce qu’elle protège son enthousiasme naturel et sa soif de découvrir. Elle la perd car elle croit, faussement, pouvoir changer quelque chose de fondamental à cet univers.

La confrontation entre ses espoirs initiaux et l’image de la réalité que lui renvoient les anciens au fil des jours lui font comprendre avec une acuité croissante la vanité de ses projets. Sauf en ce qui concerne quelques éléments parmi nous, masculins ou féminins, qui ne peuvent abandonner l’idée d’être détenteur d’un droit à décider abusivement du destin des autres.

Comment s’expliquer les attitudes humaines actuelles ? Comment comprendre ces désirs permanents d’hégémonie, de pouvoir et de domination sur les autres encore exercés par certaines nations sur d’autres ? Ou par certaines parties d’une population sur l’autre ? Après dix-mille ans de disputes, de conflits, de guerres, toutes de mieux en mieux documentées, voire apprises dans les cours d’histoire anciennes des générations actuelles et médiatisées à l’envi, comment accepter que le règlement des divergences de point de vue par les armes soit encore une option envisageable par certains dirigeants de ce monde ?

Ne pouvons-nous donc rien apprendre des souffrances de nos pères et de nos mères ? Sommes-nous de tristes animaux incapables de retenir les leçons du passé et condamner à répéter sans fin les errements séculaires? Qui plus est, en les justifiant par je ne sais quel motif empreint d’une morale fallacieuse. Il me semblait pourtant que nos ancêtres avaient inventé l’école pour préserver précieusement les acquis suintant des expériences accumulées patiemment au cours des siècles et nous donner les arguments suffisants permettant d’éviter la redite imbécile de raisonnements menant au pire.

Sommes-nous, somme toute et inéluctablement, comme le pensait autrefois le professeur H. Laborit [02], prisonniers des structures invariantes de notre code génétique et du déroulé immuable du processus vivant ? Ou devons-nous garder l’espoir -et donc y travailler activement- d’assister un jour à l’avènement, non pas d’un Messie, mais d’une humanité plus juste et plus éclairée ? La question reste ouverte et, curieusement, la réponse dépend de chacun de nous.  

© Thierry PERIAT, 22 juin 2019.

Pour la culture générale :

[01] Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Gottfried Wilhelm Leibniz de Wikipédia en français (auteurs).

[02] Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Henri Laborit de Wikipédia en français (auteurs).