Méthode intrinsèque

Liste des applications potentielles de la méthode intrinsèque :

  • La proposition d'Einstein-Rosen NEW

    Réanalyse de la proposition faite en 1935 par Einstein et Rosen sur la nature géométrique des particules élémentaires.

Commentaires :

Vers la table des matières

La méthode intrinsèque de décomposition des produits vectoriels déformés (lien externe vers zenodo.org) concerne des discussions se déroulant dans des espaces mathématiques de dimension trois ; elle a quelques conséquences en physique :

  • Elle induit la présence de spineurs d’E. Cartan, éléments de E(3, C), à la limite euclidienne de la théorie. Ce fait encourage d'ailleurs fortement à s’interroger sur ce que la méthode nous dit d'elle-même et de notre monde quotidien. 

Voir le document « Produits vectoriels déformés, spineurs de Cartan et paramétrisation d'Euler » sur zenodo.org (lien externe)

  • Elle permet une confrontation relativement directe entre (i) les décompositions éventuellement non-triviales des moments angulaires et (ii) le problème des données initiales pour les trous noirs de Bowen-York-Lichnerowicz.

Une documentation académique sur ce type de trous noirs peut être lue par exemple dans :

[3 + 1 Formalism and Basis Numerical Relativity ; § 8.2.6, pp. 136-139; arXiv: gr-qc/0703035v1, 06 March 2007]

Les conséquences de la confrontation entre les points (i) et (ii) sont à découvrir dans mon document (voir ci-dessous) :

« La proposition d’Einstein-Rosen de 1935, revisitée » (voir ci-dessus).

  • Elle donne la possibilité de construire des états quantiques « à la Hartree-Fock » à l’aide des noyaux des décompositions non-triviales ; une illustration particulière est exposée dans le document :

« La relation de Tully-Fisher est-elle la preuve de l’existence d’états quantiques à l’échelle macroscopique ? » (en anglais sur zenodo.org)

© Thierry PERIAT