Quelques rêveries cosmiques cosmoquant-fr

Bowen-York-revisité

Titre : Quelques propriétés originales des champs de gravitation.

Auteur : © Thierry PERIAT.

Immatriculation : ISBN 978-2-36923-081-6, EAN 9782369230816.

Langue : Française.

Version : 3.

Nombre de pages : 56.

Etat d'avancement au : 11 octobre 2022.

Document : en cliquant sur le lien, un document .pdf s’ouvre dans une fenêtre externe ; uniquement sur ordinateur fixe de bureau.

Nom du fichier : Isbn 978 2 36923 081 6 periat v3

Taille : 526.16 Ko

Télécharger

Résumé

Ce document explore, au travers de deux grandes parties distinctes, les conséquences des résultats généraux acquis précédemment à l’aide des méthodes de décomposition des produits tensoriels (resp. de Lie) déformés.

Partie I : Les solutions de Bowen-York revisitées.

En dimension trois, l’exploration :

  • revient sur « le problème inverse (voir explication du principe sur la page consacrée à l’exposé de la méthode extrinsèque) » en l’appliquant aux polynomiales de degré deux dont le gradient est un champ en inverse du carré de la distance ; ce qui est le cas des champs de gravitation de Newton et des champs électriques de Coulomb.
  • Etudie, dans un contexte physique où règne ce type particulier de champs, les décompositions non-triviales de moments angulaires supposés être déformés.
  • indique comment interpréter raisonnablement ces déformations en se basant sur les acquis de la physique nucléaire et introduit par là-même la notion de spin intrinsèque dans cette théorie.
  • confronte les résultats de la méthode intrinsèque avec ceux de la méthode extrinsèque
  • rappelle l’existence de deux familles permettant le calibrage théorique de ces méthodes
  • démontre que seule la seconde famille peut être retenue lorsqu’il est souhaité identifier la partie principale d’une décomposition non-triviale avec les solutions proposées dans les années soixante par Bowen et York pour le problème des données initiales.
  • note au passage que la partie symétrique de la métrique spatiale se définit spontanément comme une métrique bâtie à partir des aires en évolution ; un concept introduit en 1933 par E. Cartan.
  • recense les quantités de mouvement, les déformations, les moments angulaires et les parties symétriques des métriques spatiales qui sont compatibles avec l’identification souhaitée avec les solutions de Bowen-York.
  • Met en exergue une règle de quantification liant les matrices déformantes, la métrique et les moments angulaires.
  • fonde ainsi une (nouvelle ?) approche concernant la « Gravitation quantique ».

Partie II (en cours de correction).

En dimension quatre, il redécouvre la supraconduction de type I et explique comment elle est liée à la gravitation via la loi de Lorentz covariante.

© Thierry PERIAT.

Vers la page : « Cosmologie quantique ».

Date de dernière mise à jour : 29/11/2022