Quelques rêveries cosmiques cosmoquant-fr

Le-terme-gravitationnel

Titre : Le terme gravitationnel dans la version covariante de la Loi de Lorentz.

Auteur : © Thierry PERIAT.

Immatriculation : ISBN 978-2-36923-012-0, EAN 9782369230120.

Langue : Française.

Nombre de pages : 35.

Version : 2.

Etat d’avancement au : 2 septembre 2022.

Document : en cliquant sur le lien, un document .pdf s’ouvre dans une fenêtre externe.

Nom du fichier : Isbn 978 2 36923 012 0 periat v2bis

Taille : 430.21 Ko

Télécharger

Commentaires.

 Les lecteurs réguliers du site cosmoquant.fr connaissent mon vif intérêt pour le terme gravitationnel complétant la version classique de la loi de Lorentz (électromagnétisme). Ils savent que je le considère comme l’exemple pédagogique type illustrant la thématique des déformations des produits tensoriels et celle de leurs décompositions.

Cette seconde version :

  • revient sur les origines de ce terme ;
  • note ensuite qu’une université a indirectement démontré l’adéquation possible entre une simulation du cosmos et le terme gravitationnel, en ce sens que chacune de ses composantes vectorielles sont des formes quadratiques (de degré p = 2) écrites en fonction de celles de la vitesse du phénomène physique étudié ;
  • rappelle quelques liens entre la dérivée covariante, les Hessiennes et les parties principales des décompositions des produits tensoriels déformés ;
  • tente (nouveau) d’incorporer le terme gravitationnel dans une discussion centré sur la construction d’une géométrie non-commutative impliquant les vitesses et non pas les positions ;
  • mentionne mes premiers essais sur le sujet (données élémentaires sur l’anticommutativité et introduction de cocycles cycliques) ;
  • essaie de travailler avec des vitesses dont les composantes sont des octonions au travers d’une réflexion autour des algèbres de Jourdan ;
  • donne le formalisme générique du terme gravitationnel réel combinant une vitesse octonionique et sa conjuguée lorsque les octonions ont des composantes réelles ;
  • indique l’utilité des identités des quatre carrés d’Euler et des huit carrés de Degen pour calculer les formes bilinéaires bâties sur ces expressions particulières du terme gravitationnel ;
  • fait part de quelques réflexions personnelles sur les liens éventuels entre la notion de vitesse observable et celle de probabilité.

© Thierry PERIAT.

Vers la page « Gravitation quantique ».

Date de dernière mise à jour : 13/11/2022