Cause et effet

Lumières dans le vide - section 02 : De l'orthogonalité entre la cause et l'effet.

Résumé des sections précédentes :

Les sections précédentes ont permis d'introduire une série de réflexions consacrées à l’étude des régions vides de l'univers.

Les éléments de discussion suivants ont pu être obtenus grâce à une analyse se focalisant sur les propriétés des produits tensoriels déformés et sur leurs décomposition :

1. Il existe d’une densité volumétrique de force dans les régions vides de l'univers dans lesquelles s'appliquen les trés classiques lois de Maxwell. Cette force contient plusieurs facettes : (i) une polarisation électromagnétique ; (ii) un gradient d'énergie et (iii) la variation d'un rotationnel dont l'argument est mal identifié à ce stade de l'exploration, voir J.C. Maxwell revisité.

2. Basée sur un raisonnement dû à Lamb, une analyse des niveaux énergétiques accessibles dans les régions vides de l'univers suggère fortement l'existence d’états énergétiques de même niveau dotés d’une symétrie ternaire ; voir Lamb et Rutherford revisité.

Cette trivalence sera retrouvée au cours de l'étude des structures mathématiques dont peuvent être dotés les espaces dotés d'un produit tensoriel déformé ; voir le chapitre consacré aux C*algébres.

Contenu du document 

Ce document (écrit en 2009 et vaguement retouché puis immatriculé récemment) est juste un extrait du document plus complet exposé sur le site de dépot zenodo.org ; voir J. C. Maxwell revisité.

Il focalise l'attention des lecteurs sur une situation idéale mais pédagogiquement intéressante.

Il y a quelques années encore, lorsque nous ne savions pas explorer l'intérieur des protons et des neutrons, il était encore possible de considérer que la densité volumique de matière d'une particule élémentaire du noyau était une sorte d'invariant caractérisant cette particule.

Même si cette approximation a perdu de son sens entre temps à cause de la découverte des quarks et des gluons, elle sert de base à un raisonnement expliquant pourquoi, dans le vide, une interaction (une cause, une force, une densité volumique de force) sur une particule circulant à la vitesse de la lumière devrait se traduire par des effets orientés orthogonalement par rapport à la cause qui les a produit.

Ce résultat, même s'il ne constitue qu'une approximation assez grossière de la réalité, prend toute son importance au travers du test logique servant à valider la méthode extrinsèque de décomposition des produits tensoriels déformés. En effet, l'orthogonalité est une des trois situations logiques décrites dans ce test.   

DocumentLumieres dans le vide section 02Lumieres dans le vide section 02 (349.86 Ko), ISBN 978-2-36923-160-8, EAN 9782369231608.

© Thierry PERIAT.

Retour vers la page "Cosmologie".

Date de dernière mise à jour : 17/08/2021