Heisenberg-revisité

Nouvelle interprétation de la relation d‘incertitude d’Heisenberg.

Vers la table des matières 7.d.

Immatriculation : ISBN 978-2-36923-039-7, EAN 9782369230397.

Le document Isbn 039 7 fr cosmoquantIsbn 039 7 fr cosmoquant (410.01 Ko) - Sur demande.

L'interprétation traditionnelle.

L’observation de la nature nous a depuis longtemps habitué à l’existence de phénomènes surprenants et bien souvent contre-intuitifs. Dans un travail datant de 1927, [01], W. Heisenberg a introduit un principe qui porte désormais son nom : celui de l’incertitude sur les mesures.

Mon professeur de physique justifiait celui-ci en nous déballant une batterie de pèse-personnes et en nous demandant de monter tout à tour sur chacune d’elle. Oh surprise, notre masse dépendait de la balance sur laquelle nous étions grimpés.

Ce faisant, il avait fait d’une pierre trois coups en nous démontrant les imprécisions d’une mesure, les imperfections des mécanismes de pensée et la nécessité de faire des statistiques avant de décrire la valeur d’une grandeur physique.

Pourtant, malgré tout le respect que je lui dois encore aujourd’hui, il n’était pas vraiment parvenu à expliquer clairement pourquoi les imprécisions sur les mesures d’une position et d’une vitesse devaient impérativement être couplées.

Ma connaissance de la langue de Goethe était à l’époque balbutiante et je n’étais pas en mesure de lire l’œuvre originale de ce physicien allemand dont j’apprendrais des dizaines d’années plus tard qu’il avait eu un chemin de vie des plus tumultueux et controversé ; lire l’excellent livre intitulé : « Le principe » [02].

Une nouvelle interprétation en lien avec la supraconduction et le problème de l'horizon.

La théorie des produits tensoriels déformés me conduit aujourd’hui vers une nouvelle interprétation physique de ce principe.

La meilleure image permettant de comprendre cette nouvelle vision se trouve dans la description de la supraconduction de type I. L’abaissement de la température se traduit par une éjection plus ou moins effective du champ magnétique et par l’apparition d’une longueur de pénétration.

Si le lecteur veut bien considérer que l’univers en expansion se confond peu ou prou avec un champ électromagnétique pénétrant peu à peu dans un territoire qui lui était auparavant interdit (peu importe la ou les raisons de cette interdiction) et s’il veut bien accepter de remarquer que les zones réputées vides de l’espace-temps ont une température de l’ordre de trois degrés Kelvin qui en font des régions supraconductrices, alors une extrapolation inédite de ce phénomène supraconducteur peut peut-être traverser son esprit -comme elle a traversé le mien.

La relation d’incertitude d’Heisenberg traduit l’aptitude du champ universel en expansion à pénétrer de proche en proche le néant et le futur. C’est ce que le document démontre, de manière inattendue.

© Thierry PERIAT, 4 juillet 2021.

Vers la page de garde du chapitre : "Cosmologie".

Bibliographie :

[01] Heisenberg, W. (1927), "Über den anschaulichen Inhalt der quantentheoretischen Kinematik und Mechanik".

[02] Ferrari, J.: Le principe ; ISBN : 2330048718, Acte Sud, 2015.

Date de dernière mise à jour : 27/07/2021