Le-vide-de-Maxwell.

This page in the English language.

Titre : Particules idéales, vides de Maxwell et cordes élastiques classiques.

Auteur : © Thierry PERIAT.

Immatriculation : ISBN 978-2-36923-140-0, EAN 9782369231400.

Langue : Française.

Nombre de pages : 18.

Date de parution : 22 juillet 2022.

Document : Isbn 978 2 36923 140 0 periat 2022Isbn 978 2 36923 140 0 periat 2022 (348.78 Ko).

Résumé : 

Ce document expose les raisons justifiant d'étudier les produits vectoriels éventuellement déformés et parfois décomposés non-trivialement. Il le fait au travers de l'introduction de la plus simple mouture de ce concept dans un domaine se situant à l'intersection de deux disciplines physiques : (i) l'électromagnétisme, loin des sources, et (ii) la cosmologie. Il démontre la compatibilité de la démarche avec le concept de filament cosmique au demeurant mis en exergue par certaines simulations du cosmos.

Commentaires :

Les mesures astronomiques actuelles s’efforcent de réunir les informations permettant de connaitre l’équation d’état du vide.

L’hypothèse la plus communément étudiée est celle de régions quasiment vides dont le comportement s’apparenterait à celui d’un fluide parfait. La version la plus extrême de cette hypothèse de travail étant :

pression + densité volumique d’énergie = 0

Elle rend compte de l’expansion de l’univers puisque celui-ci subit alors l’effet d’une pression négative (expansionniste).

C’est l’équation dont partent mes investigations. Je montre dans le document déposé sur zenodo.org le lien simple et fort entre cette équation d’état et :

  1. Les zones de l’univers dans lesquelles vitesse et densité volumique de force doivent être orthogonales (notion de particule idéale dont la densité volumique de matière doit être invariante) ;
  2. L’existence d’une densité volumique de force dans les zones de l’univers réputées vides (au sens de Maxwell) mais dans lesquelles existeraient -malgré tout- des champs électromagnétiques générés par des sources lointaines ;
  3. Le comportement de cordes élastiques subissant des forces dues à cette densité volumique de force.

Chacune des trois parties de la démonstration contient une information importante pour la suite du développement de cette théorie :

1. L’orthogonalité entre la force subie par et la vitesse d'une particule idéale est une des conditions traduisant l'invariance de la vitesse de la lumière dans le vide (discussion dans un espace de dimension quatre) et elle valide l’usage de la méthode extrinsèque de décomposition des produits tensoriels déformés ; ce fait prend un relief particulier lorsque je l’applique à la loi de Lorentz Einstein.

2. La démonstration de l’existence d’une densité volumique de force non forcément nulle dans les zones vides au sens classique de Maxwell ...

2.1. constitue une des applications les plus simples de la méthode intrinsèque de décomposition des produits vectoriels ;

2.2. justifie de s’intéresser à définir une équation d’état pour ces vides-là.

3. Le troisième aspect concerne le lien naturel avec la notion de corde élastique classique.

© Thierry PERIAT.

« Particules idéales, vides de Maxwell et cordes élastiques classiques »

Lien externe vers la version originale déposée un serveur du CERN (zenodo.org).

Pour aller plus loin :

 

Vers la page : « La formule du Professeur Y. Koïde ».

Date de dernière mise à jour : 06/08/2022