Reconnaissance et Internet

 

Nous avons tous besoin de reconnaissance. Cette vérité universelle concerne aussi les éditeurs de sites informatiques. Mais ont-ils une réelle chance de l’obtenir un jour ? Comment peuvent-ils l’obtenir ?

Quand existons-nous ?

Lorsqu’à la tombée d’une belle nuit d’été je discutais autrefois avec mon père des réalités scientifiques auxquelles il essayait de m’initier -j’avais une petite dizaine d’années et le cerveau encore embrumé par des considérations tangentant plus souvent la mystique ou la métaphysique que la physique- je lui soutenais mordicus qu’il n’était pas nécessaire de voir une étoile pour penser qu’elle existe.

Pensant surement qu’un geste pouvait faire office de démonstration, j’allais même jusqu’à pointer mon bras dans une direction du ciel choisie de telle sorte que, visiblement, aucune étoile ne finissait la droite virtuellement dessinée par celui-ci.

Il était loin d’être convaincu par la véhémence de mon propos et il me rétorquait sans cesse que mon étoile n’existait pas ; et ce, aussi longtemps que je ne pourrai pas en apporter la preuve.

Toute chose étant égale par ailleurs, cette anecdote s’applique à bien des situations de la vie moderne. Elle porte un message allant bien au-delà des raisonnements scientifiques. Une particule physique existe peut-être bien pour elle-même mais nous acquérons la conscience et la certitude de sa réalité au travers des interactions qu’elle entretient avec d’autres particules ou avec les champs environnants. Il en est de même des humains entre eux ; et des éditeurs de site en particulier. Pour exister, il faut exister aux yeux des autres. C’est une des raisons pour lesquelles les isolements sanitaires recommandés par la pandémie sont si difficiles à supporter. Ce contexte, plus que jamais, justifie l’usage intensif des moyens modernes de télécommunication ; en particulier de l’informatique.

La visibilité sur Internet

Mais quelle chance avons-nous d’être vu ? Admettons qu’une moitié de la population terrestre possède un ordinateur (trois milliards et demi de machines) et consulte Internet une fois par jour. Admettons qu’il n’y ait que trente-cinq millions de sites en ligne à visiter. Si les publics se répartissent équitablement sur ces sites, chacun d’eux peut espérer recevoir la visite de cent internautes par jour ! C’est très peu.

En réalité cette estimation ne correspond pas du tout à la réalité… qui est bien pire ! Il y a actuellement 1,78 milliards de sites web [emarketerz.fr ; article en ligne du 16 juin 2020], environ un milliard d’ordinateurs Windows [01net.com ; article du 14 janvier 2020, estimation 2015] et 4,5 milliards d’internautes [alioze.com ; chiffres au 1 janvier 2020] dans le monde. Je vous laisse faire le calcul du nombre moyen d’internaute par site et par jour.

Sachant que le public préfère certains sujets (sports, automobiles, modes, bricolages, érotisme …) et certaines activités (achats, écoute de musiques, …) par rapport à d’autres, alors il est logique de s’attendre à ce que certaines thématiques -beaucoup plus pointues (les sciences pour ne prendre qu’un seul exemple, …) - n’attirent pratiquement pas les visiteurs.

C’est évidemment le cas de cosmoquant.fr. Pour autant, avec une douzaine de visiteurs par jour je peux m’estimer heureux.

© Thierry PERIAT, 14 décembre 2020.

Retour vers le survol des science.

Date de dernière mise à jour : 20/12/2020